License

Recherche de votre sujet par mots clés (ex: pédagogie active) OU Consulter les libellés au bas de la page, à gauche OU Consulter les 10 articles les plus populaires des 30 derniers jours, au bas de la page.

Rechercher les articles dans ce BLOGUE par mots-clés

Le texte du mois de JUIN sélectionné par les lecteurs :

Sélection du message

Venez vous joindre à nous sur FaceBook

mardi 4 juin 2013

Les TIC à l'école : proposition de taxonomie et analyse des obstacles à leur intégration

Cliquer sur ce lien
Très bon document de Robert Bibeau

Extrait :


   «En 1985, le ministère de l'Éducation du Québec [1] publiait son premier Plan de développement de la micro-informatique à l'école (Gouvernement du Québec, 1985). Vingt ans plus tard, à la faveur de la Réforme, le Ministère a introduit la compétence transversale TIC (technologies de l'information et de la communication) dans le nouveau Programme de formation de l'école québécoise. Était-ce la consécration des efforts consentis ou une nouvelle tentative d'amorcer l'intégration des TIC en classe [2] ?
     Vingt ans d'effort et d'investissement et pourtant ce que l'on dit et ce que l'on écrit sur l'intégration des TIC en classe au Québec et probablement ailleurs dans le monde n'a pas changé. On dénombre toujours un petit cercle d'initié, des enseignants enthousiastes qui utilisent les technologies avec leurs élèves ; une masse d'enseignants dans l'expectative, attendant qu'on leur fasse la preuve de la pertinence pédagogique et de l'accessibilité de ces outils ; et une mince frange de « réfractaires » qui n'y croit tout simplement pas (Larose, Grenon et Palm, 2004 ; Karsenti, 2004 ; Plante, et Beattie, 2004). Nous examinons ici quelques difficultés explicatives de cette lente intégration.
     Une première difficulté concerne les ressources didactiques. Matériel scolaire, matériel pédagogique, matériel complémentaire d'usage collectif, manuel scolaire, matériel d'apprentissage, logiciel éducatif, didacticiel, contenu numérique éducatif, ressources d'enseignement et d'apprentissage (REA), « objet d'apprentissage » voilà autant d'appellation que l'on utilise pour identifier les ressources éducationnelles, culturelles et informationnelles que l'enseignant utilise pour enseigner et l'élève pour apprendre. Pourquoi tant de dénomination ? Tous ces termes sont-ils équivalents ? Comment décrire et cataloguer ces ressources, particulièrement celles sur support numérique, selon les normes internationales de façon à en assurer le stockage, la portabilité et l'interopérabilité [3] ?
     Il semble qu'avec la réforme du curriculum, privilégiant l'approche constructiviste, le décloisonnement disciplinaire, les communautés d'apprentissage et l'utilisation des technologies de l'information et de la communication (Gouvernement du Québec, 2001 ; p. 5, 6 et 10), pratiquement toute donnée, toute information, toute banque de ressources, tout document accessible sous format imprimé (manuel scolaire, livre de lecture, journal ou magazine, etc.), sous format analogique (cassette audio ou vidéo) ou sous format numérique (disquette, Cédérom, DVD, Internet) puisse servir de matériel pédagogique pour l'apprentissage. Tous ces documents pouvant être considérés comme des ressources d'enseignement et d'apprentissage il devient impérieux de les indexer pour les classer, les partager, les retrouver, les réutiliser et pour éviter de les dupliquer inutilement.
     Selon Durpaire (1997),
« Loin d'être des carcans, les normes et les règles bibliothéconomiques sont des conditions essentielles aux échanges, et donc à l'ouverture de l'école sur l'inforoute. Faute de connaître ces règles et ces normes, les élèves rencontrent de grandes difficultés et renoncent parfois à chercher l'information. » (p. 40).
     Pour indexer ces ressources d'enseignement et d'apprentissage (REA), il faut les classer selon leur nature, leurs caractéristiques et leurs usages. C'est l'objet des présentes taxonomies. Nous présentons ici une taxonomie des ressources d'enseignement et d'apprentissage (REA) disponibles sur support numérique, ainsi qu'une taxonomie des projets pédagogiques pouvant être réalisés à l'aide de ces ressources numériques (outils, contenus et services). Nous décrivons également quelques difficultés d'intégration de ces ressources en milieu scolaire, notamment les problèmes de formation des enseignants.»

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire