License

Recherche de votre sujet par mots clés (ex: pédagogie active) OU Consulter les libellés au bas de la page, à gauche OU Consulter les 10 articles les plus populaires des 30 derniers jours, au bas de la page.

Rechercher les articles dans ce BLOGUE par mots-clés

Le texte du mois de JUILLET sélectionné par les lecteurs :

Sélection du message

Venez vous joindre à nous sur FaceBook

jeudi 10 novembre 2011

Mentorat et mentoré : La relation en bref

Nous le savons, devenir enseignant n’est pas un acte en soi mais bien un processus. Les premières années d’enseignement, surtout les deux premières (les années de survie (Nault, 2007)), constituent une prolongation d’un apprentissage qui a, pour certains, débuté dans une faculté d’éducation. Pour d’autres (et surtout dans les programmes techniques), c’est le début d’un apprentissage à l’intérieur d’une transition entre un statut professionnel et celui de professionnel de l’enseignement (Nault, 2007).

Notre profession c’est donc dotée d’un moyen efficace de donner, aux nouveaux enseignants, les connaissances et savoirs collectives des enseignants dit chevronnées (ceux en stade de rayonnement professionnel (Nault, 2007)). Ce « Module d’insertion professionnelle des enseignants au collégial » (ci-après nommé MIPEC) a donc comme objectif de fournir de l’appui et de la formation aux nouveaux enseignants durant les phases d’Entrée et de Stabilisation (Huberman (1989), p.23) de leur cycle de vie professionnel (soit les 5 premières années). En plus de certaines dominantes essentielles à un bon programme d’insertion ((1) vision et objectifs définis ; (2) appui aux nouveaux enseignants pour les retenir dans la profession ; (3) normes professionnelles ; (4) apprentissage de notions pédagogiques essentielles ; (5) apprentissage en classe à partir d’expériences …etc.) ; le MIPEC offre aussi un système de mentorat très bien planifié.

Posons-nous donc la question suivante : Quel est le rôle de l'enseignant expérimenté (ci-après nommé mentor) dans le processus de formation (à l’intérieur du MIPEC) d'un enseignant débutant (ci-après nommé mentoré)?

Qu’est-ce que le mentorat ? Pour les besoins de ce billet, je vous propose la définition du Grand dictionnaire terminologique (GDT) de l’Office de la langue française (OLF) du Québec :

Mentorat : « Aide personnelle, volontaire et gratuite, à caractère confidentiel, apportée sur une longue période par un mentor pour répondre aux besoins particuliers d'une personne (le mentoré) en fonction d'objectifs liés à son développement personnel et professionnel ainsi qu'au développement de ses compétences et des apprentissages dans un milieu donné. »

Le mentor est donc un enseignant qui accompagne un autre enseignant débutant dans son insertion professionnelle. Il accomplira ce travail en visant la satisfaction d’objectifs clairement établis avec le mentoré pour améliorer son développement personnel et professionnel. Il est aussi très clair que le mentorat doit être adapté en fonction du développement de certaines compétences du mentoré ainsi que de ses besoins personnels relatifs à la consolidation de son identité professionnelle.

La relation mentorale est donc, en plus d’une relation d’accompagnement, une relation d’aide et de soutien du mentoré. Le mentor est clairement l’aide essentielle pour briser l’isolement du mentoré et (dans mon cas) pour favoriser la solidarité intergénérationnelle. Dans un contexte de mentorat formel (comme celui du MIPEC), le mentor peut aider à transmettre des notions de compétences en enseignement, une certaine mémoire collective, une culture organisationnelle et un apprentissage formel de la profession. La relation mentorale n’est pas une relation de pouvoir ni une relation à sens unique orientée vers une tâche à accomplir pour le bénéfice du mentor et sa croissance personnelle.

Le but ultime doit donc être orienté vers une autonomie du mentoré, une augmentation de la confiance en soi et une capacité plus autonome d’agir sur son développement professionnel. Mes actions (comme mentor) doivent être orientées vers une amélioration du savoir-être (attitudes, comportements) et du savoir-faire du mentoré.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire