License

Recherche de votre sujet par mots clés (ex: pédagogie active) OU Consulter les libellés au bas de la page, à gauche OU Consulter les 10 articles les plus populaires des 30 derniers jours, au bas de la page.

Rechercher les articles dans ce BLOGUE par mots-clés

Le texte du mois de Mars sélectionné par les lecteurs :

Sélection du message

Extrait de mon essai «L'Enseignement coordonné»

dimanche 13 mars 2011

Intégration des apprentissages

En lisant plusieurs textes sur l’apprentissage, deux questions me viennent en tête immédiatement. La première fait référence à l’étymologie du mot apprentissage. En effet, il me semble évident que l’expression intégration des apprentissages est légèrement pléonastique, non? Un apprentissage n’est-il pas en soi, par définition, intégré? Ceci étant dit, il faut bien reconnaître que l’intégration et le transfert des apprentissages sont les parents pauvres de notre système éducatif.

La deuxième question me ramène à l’angle sous lequel nous abordons l’intégration et le transfert : processus ou résultat? Si l’intégration _ dont le transfert est une forme _ est un résultat, encore une fois notre système éducatif possède de multiples lacunes. Nous le voyons avec certains de nos étudiants en stage ou avec les étudiants de première session incapable de réinvestir au collégial certains acquis du secondaire.

Je préfère traiter l’intégration comme un processus par lequel l’enseignant intervient de manière à favoriser le transfert. Cette intervention demandera donc, à ce dernier, de se responsabiliser et de prendre sur lui la tâche de planifier des leçons et des activités d’apprentissage qui tiendront compte d’un cadre de référence favorable à cette intégration et ce; dans la perspective du développement des compétences d’un programme particulier. Vu sous cet angle, l’enseignant devra donc réfléchir activement sur ses prestations et ses leçons; réfléchir sur ce qu’il dit, à quel moment et avec quels mots.



Nous savons que l’intégration des apprentissages se réalise par intériorisation d’abords _ assimilation, modélisation et régulation _  et puis, par extériorisation _ application et transfert.  Cette dernière _ l’intégration _ comporte aussi cinq facteurs d’importance que sont : (1) un objet d’apprentissage qui est une compétence et donc une capacité d’agir sur du réel dans une situation réelle _ lire authentique; (2) des formules pédagogiques intégratrices faisant appel aux habiletés intellectuelles spécifiques à l’ITA; (3) la triade contextualisation - décontextualisation - recontextualisation; (4) des étudiants actifs _  lire tête active _ et motivés _ motivation intrinsèque; (5) un enseignant qui agit et parle comme animateur pédagogique plutôt que comme magister et qui établit une relation pédagogique adéquate avec ses étudiants en canalisant et organisant l’énergie du groupe-classe tout en l’entretenant par ses paroles et par ce qu’il dit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire