License

Recherche de votre sujet par mots clés (ex: pédagogie active) OU Consulter les libellés au bas de la page, à gauche OU Consulter les 10 articles les plus populaires des 30 derniers jours, au bas de la page.

Rechercher les articles dans ce BLOGUE par mots-clés

Le texte du mois de JUILLET sélectionné par les lecteurs :

Sélection du message

Venez vous joindre à nous sur FaceBook

jeudi 17 mars 2011

«Éducatosaurus» portion 2

«Éducatosaurus» portion 1




Dans «Éducatosaurus» portion 1, nous avions observé qu’une recherche de (Bowman, Levine, Waite & Gendron, 2010) et une de  (Nass) ont donné des résultats très intéressants : malgré que les étudiants prétendent le contraire, travailler sur plusieurs tâches en même temps (multitâche libre et non contrôler) est, en général, préjudiciable à l’accomplissement de chacune des tâches prises individuellement ainsi qu’à la concentration.

Voyons quelques résultats de ces expérimentations. Bowman et ses acolytes ont vérifié que le simple fait d’utiliser une messagerie instantanée (mail) tout en réalisant une tâche académique (comme rédiger un devoir) a un impact négatif sur la performance, sur l’attention et sur la réussite de l’étudiant. Les résultats négatifs ne semblent pas apparaître significativement sur un court terme mais sur le réinvestissement de l’activité à long terme, dans la zone de transfert des apprentissages. Lors de la rédaction d’un courriel durant une activité pédagogique, la distraction est continue. Une première distraction lors de la rédaction de la communication et une deuxième lorsque le sujet attend une réponse en continuant son activité d’apprentissage. Ces distractions semblent avoir une influence majeure sur l’ancrage des apprentissages dans la mémoire à long terme.
De plus, passer d’une tâche à une autre demande, à l’étudiant, un temps pour réagir. Ce moment de résistance entre l’arrêt pour écrire le courriel et le temps où l’élève se remet à travailler sur son devoir : il faut se concentrer de nouveau, se rappeler de notre sujet, défénir où nous en étions et reprendre notre réflexion avant de s’y mettre.

Les études citées semblent aussi avancer que le fait de travailler en mode «multitâche libre et non contrôlé» affecte plusieurs zones du cerveau différentes. Cette opération cérébrale prend beaucoup plus de temps pour traiter les informations reçues et semble défavoriser grandement l’ancrage des apprentissages.

Lors d’un prochain article, je vous donnerai des statistiques et une conclusion. 


«Éducatosaurus» portion 3


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire