Qui êtes-vous ?

Ma photo
Québec, Canada
J'ai créé ce blog avec comme objectif principal de partager, avec la communauté enseignante, des articles sur la pédagogie et sur notre pratique pédagogique et didactique.

De plus ...

Je vous invite aussi à visiter mon site Internet de classe Pédago@Web ainsi que mon facebook Fan de classe et LinkedIn

CE QUI EST «IN»

Voir les articles de ce BLOG les plus consultés et les plus populaires au bas de la page (compilation des derniers 30 jours)

License

Contrat Creative Commons Le BLOG Pédago@Blog ainsi que les textes de M. Yves R. Morin sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité 3.0 non transcrit. Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à yves.r.morin@gmail.com.

vendredi 10 avril 2015

Classes Inversées, étendons et « systémisons » le concept !

Cliquer sur ce lien

Extrait :

« Dans ce Blog, j’ai plusieurs fois documenté la « méthode » des Classes inversées.

On y trouvera aussi un essai sur le rapport entre le Tsunami des MOOCs et les « renversements » proposés par les Classes inversées .

Dans ce nouvel essai, j’essaierai de répondre à celles et ceux qui nous disent régulièrement « Mais, les classes inversées, ça existe depuis longtemps … ». Ma réponse est : Oui, sans aucun doute. Comme je le raconte, j’ai eu en 1972 lors de ma première année à l’université, un enseignant qui nous faisait lire un chapitre de son livre avant le cours pour disposer de ce temps de présence pour répondre à des questions, donner des exemples, proposer des applications … Bref, nous en avons eu des enseignants qui nous demandaient de lire un texte, un chapitre, actuellement de regarder une vidéo … avant le cours. Est-ce bien cela une innovation ? Tout d’abord pour qu’une telle initiative pionnière soit qualifiée d’innovation, il faut encore qu’elle percole dans l’ensemble du système, qu’elle entre dans les habitudes, qu’elle dépasse le stade d’une « enclave » pour devenir une « tête de pont » voire une pratique ancrée (voir l’article de Bernadette Charlier, Nathalie Deschryver et Daniel Peraya (2006) en particulier la page 481).

Mais, est-ce bien cela, n’est-ce que cela, une Classe inversée … prendre connaissance (le mot est intéressant) de la matière avant « le cours » et faire des applications ensuite ! Quoi de différent avec l’enseignement traditionnel, la théorie d’abord, les exercices ensuite ?

Dans la première phrase de ce billet, j’ai mis volontairement le mot « méthodes » entre guillemets pour signifier que l’approche des Classes inversées est surtout un changement de paradigme, de mentalités dans les rapports que nous construisons avec les termes « Savoirs », « Apprendre » et « Enseigner ». Le concept porte donc une grande variété de pratiques, de méthodes et de techniques à la fois relationnelles et techniques.

Cependant, il nous faut bien constater que les Classes inversées sont souvent associées à la ritournelle « Lectures at home and Homework in classes », une vidéo ou un texte à lire avant le cours et des activités, des débats, des applications en classe … C’est selon moi, le tout premier niveau de ce qu’on peut faire en Classes inversées. Dans ce billet, nous allons essayer d’aller plus loin

jeudi 26 mars 2015

La classe inversée. Episode 1 – pourquoi faut-il s’y intéresser ?

«La classe inversée ou « Flipped classroom » sur les lèvres de nombreux pédagogues. Mais si les ressources documentaires sont de plus en plus nombreuses et les retours d’expérience partagés –bien que parfois confus-, les enseignants peinent à s’y retrouver et à tenter l’expérience dans leurs propres salles de classe.
 
Sans prétendre devenir la norme en matière apprentissage ou être exclusive de toute autre forme d’enseignement, cette démarche pédagogique est innovante car elle intègre des parcours hybrides et s’appuie largement les nouvelles technologies»

Cliquer sur ce lien

mercredi 25 mars 2015

La facilitation graphique au service de l'apprentissage

«La facilitation graphique, c’est la contextualisation du propos, pour en conserver toute l’essence, toute la dynamique, même lorsque les parties prenantes ne sont plus en présence. Devenu outil de mémoire, cette mémorisation prend une forme plus ludique, différente qui s’appuie sur une autre manière de modélisation l’information.»

Très intéressant

jeudi 12 mars 2015

Comment enseigner .... selon ce graphique, c'est évident ....


Données probantes en éducation : l’exposé magistral, version 2.0

Cliquer sur ce lien

«L’exposé magistral est sur la sellette depuis quelques années. On lui oppose des méthodes pédagogiques où l’étudiant réalise des activités d’apprentissage qui le font s’engager dans un processus plus actif que le cycle de lecture, écoute et prise de notes. Il reste cependant bien des auteurs pour défendre l’exposé magistral. Entre les deux, des chercheurs identifient des approches mitoyennes plus efficaces que l’exposé traditionnel. Bienvenue dans le monde de l’exposé magistral 2.0.»

Cours magistraux: leur efficacité remise en cause face à des méthodes d'enseignement plus actives

Cliquer sur ce lien 


«EDUCATION - Dans un amphithéâtre, pendant un cours magistral, on peut tout faire: dessiner, jouer sur son PC, lire des articles plus ou moins intéressants, et même dormir. Apprendre, et s'instruire aussi, direz-vous. Mais jamais aussi bien que lorsqu'on suit un cours plus actif, dans lequel les étudiants participent et interagissent. On s'en doutait déjà, mais des chercheurs viennent de le prouver solidement, dans une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).


Leurs analyses montrent que les étudiants qui suivent des cours magistraux sont 1,5 fois plus susceptibles de rater leurs examens que ceux qui suivent des cours plus stimulants, selon des méthodes en pédagogie active.»

jeudi 5 mars 2015

Réflexion du matin

Les élèves deviennent excellents à faire exactement ce qu'on attend d'eux, c'est-à-dire produire des réponses lors d'un examen ou d'un test sur la théorie.
 
Ils sont si excellents et bons, qu'ils savent «réussir» sans rien n'apprendre de durable et ils savent «passer un examen» et «réussir leur cours» sans ne rien retenir durablement.
 
Bravo! C'est nous, les enseignants, qui leur avons montré à faire cela et à réussir sans apprendre .... sans compréhension.
 
Aucune qualification n'est garante de compétence tout comme d'ailleurs aucune bonne réponse ne contient nécessairement une compréhension de la matière.
 
Yves R.

jeudi 12 février 2015

La classe inversée : que peut-elle apporter aux enseignants ?

Cliquer sur ce lien

Résumé :
La classe inversée est l’objet d’un immense engouement dans toutes les sphères de l’enseignement en Europe et aux États-Unis. S’agit-il d’un mouvement durable offrant de nouvelles perspectives pédagogiques dans un système scolaire essoufflé ou d’une mode qui ne convient qu’à certains enseignants, à certains élèves ? Quelles sont les conditions à respecter pour mettre en place une classe inversée efficace
?

jeudi 22 janvier 2015

Apprenez-leur à prendre des notes!


Très bon papier

Cliquer sur ce lien 

«Or étudier et réviser (je parle ici surtout pour la fin du secondaire, le cégep et l’université), cela commence souvent en prenant de bonnes et utiles notes de cours. Et, là aussi, bien des professeur.e.s qui ont pris le temps de regarder les notes de cours de leurs élèves et de leurs étudiant.e.s vous le diront, les stratégies inefficaces sont répandues.»

lundi 12 janvier 2015

Le but de l'enseignement

   "Le but de l'enseignement, et surtout celui de l'enseignement supérieur, doit être moins d'instruire que d'éduquer et de faire réfléchir; moins d'entasser des connaissances que d'apprendre à en digérer quelques-unes; moins de glisser sur des difficultés que de les mettre en lumière; moins de laisser croire à l'infaillibilité des méthodes en usage et à la certitude des résultats que d'en montrer les points faibles et de cultiver ainsi l'esprit de critique et de libre examen, base nécessaire de l'esprit de recherche."


   Charles Friedel (1832 - 1899), cité in F. C. Phillips, An Introduction to Crystallography, Préface, p. viii, éd. Longman

jeudi 8 janvier 2015

Les 10 innovations pédagogiques qui feront (peut-être) 2015

Les tendances 2015 ... excellent

Cliquer sur ce lien 


L’université britannique online The Open University a publié il y a quelques semaines sonrapport annuel sur les pédagogies innovantes. En recoupant les pratiques, les technologies, les recherches les plus en pointe dans le milieu de l’éducation, les auteurs du rapport proposent une liste de 10 innovations pédagogiques appelées à se développer à court ou moyen terme.
Certaines de ces innovations sont très théoriques, issues de la recherche, d’autres sont encore confidentielles en France, la plupart concernent l’université ou le secondaire mais pourraient bien un jour irriguer la pratique de tous les enseignants...